Le régime Français

Le régime Français

En 1608, Samuel de Champlain ordonne la construction du premier bâtiment qui sert à la défense du petit comptoir de traite de Québec : l’Habitation. Très tôt, Champlain est conscient des dangers qui le guettent. Les frères Kirke, à la solde des Anglais, assiègent la colonie en 1629. Une seconde Habitation est alors en construction mais elle n’est pas terminée. Au bord de la famine, Québec se rend et la France ne récupère le comptoir que trois ans plus tard.

La France envoie peu de soutien aux autorités coloniales et la présence militaire dans la colonie est très faible. En 1623, on ne dénombre que 12 soldats permanents pour la garnison de Québec. La situation ne s’améliore pas au cours des décennies suivantes. Malgré l’arrivée de 1300 soldats du Régiment de Carignan-Salières en 1665 pour participer aux guerres franco-iroquoises dans la colonie, seulement 27 soldats font partie de la garnison de Québec en 1683.

À partir des années 1660, les dirigeants de la Nouvelle-France craignent une nouvelle attaque d’un rival européen. L’Intendant Jean Talon propose de fortifier les hauteurs du Cap Diamant mais son idée n’est pas retenue. Le Gouverneur Frontenac, qui partage les mêmes craintes que Talon, demande qu’une enceinte soit érigée pour fermer la ville. Une autre proposition rejetée par la France qui croit une invasion européenne fort improbable.

Alerté par la chute de Port-Royal en Acadie, Frontenac ordonne la construction d’une nouvelle palissade complétée en six semaines…une toute première enceinte pour Québec ! Lorsque la flotte de l’Amiral William Phips arrive de Boston pour assiéger la ville en juillet 1690, Québec réussit à repousser l’attaque malgré son système défensif déficient. Au cours des années suivantes, la Batterie Royale et la Redoute du Cap Diamant sont érigées grâce à des fonds alloués par Louis XIV. La France commence à réaliser la vulnérabilité de sa colonie.

Lorsque l’ingénieur Chaussegros de Léry arrive à Québec en 1716, il constate immédiatement que les fortifications de la ville sont inadéquates. Il propose donc une nouvelle enceinte et, par la suite, la construction d’une citadelle sur le Cap Diamant. La métropole refuse de financer ses projets car les coffres de l’État sont pratiquement vides. Quand Louisbourg capitule en juin 1745, des travaux d’urgence sont autorisés. Malgré les sommes importantes consacrées à la fortification de la ville, les travaux restent inachevés jusqu’à l’arrivée des Britanniques en 1759.

Retour