La période canadienne

La période canadienne

Pour la première fois de sa courte existence, le Canada doit assurer seul sa propre défense. Le Ministère de la Milice et de la Défense décide de fonder deux batteries permanentes rattachées à l'Artillerie royale canadienne : la Batterie A et la Batterie B. Une école d'artillerie ouvre ses portes à la Citadelle en 1871 afin de former les hommes à la vie militaire. Quelques années plus tard, une école de cavalerie fait son apparition. La Citadelle devient un lieu d'apprentissage.

Lord Dufferin, gouverneur général du Canada, fait de la Citadelle sa seconde résidence officielle en 1872. C'est le début d'une longue tradition qui se poursuit encore aujourd'hui. Avec cette présence à l'intérieur de la forteresse, la Citadelle gagne en prestige : ce n'est plus seulement un site militaire mais un lieu où mondanités et rencontres diplomatiques se font de plus en plus fréquentes. La Citadelle se métamorphose !

Vers la fin du 19e siècle, les conditions de vie et d'hygiène des militaires vivant à la Citadelle s'améliorent. Les casemates sont plus spacieuses et confortables alors que les cantines régimentaires permettent aux soldats de se procurer diverses marchandises à des prix abordables.

Les habitants de la Citadelle s'intègrent à la ville de Québec. En plus de participer à de multiples activités sociales en dehors de la forteresse, ils prêtent aussi main forte aux autorités municipales à plusieurs reprises à l'occasion d'incendies, de grèves ou d'émeutes.  En savoir plus

#
#
#
#
#
#
#
#
#
#
#
#
#
#