Le Royal 22e Régiment

Le Royal 22e Régiment

Un bataillon canadien-français ? Yes, please !

En 1914, l'armée canadienne est fortement imprégnée par les traditions britanniques et la seule langue d'usage officielle est l'anglais. Ces constatations rendent l'appel aux volontaires peu attirant pour les Canadiens français unilingues. Voulant remédier à ce problème, le docteur Arthur Mignault demande au Premier ministre Robert Borden l'autorisation de créer un bataillon canadien-français où les francophones pourront servir le pays dans leur langue maternelle. Le 22e Bataillon est formé à Montréal le 15 octobre 1914 et il s'installe à Saint-Jean-sur-Richelieu le 20 octobre suivant.

Le 22e Bataillon arrive au front en septembre 1915 où il découvre les horreurs de la guerre : pluie d'obus, tranchées infectes, attaques chimiques... Au cours des trois prochaines années, les pertes humaines seront très lourdes. Le seul bataillon canadien-français au front s'illustre à plusieurs reprises en faisant des milliers de prisonniers et en prenant un territoire considérable des mains ennemies. Il connaît des moments de gloire à Courcelette en 1916 où le courage des troupes fera du 22e Bataillon une légende. Il participe aussi aux sanglantes batailles de Vimy et Passchendaele, deux victoires majeures pour le Canada et ses alliés.

En tout, 5919 hommes servent au sein du 22e Bataillon pendant la Grande Guerre. Parmi ces effectifs, 67% sont tués ou blessés au cours du conflit.  En savoir plus

#
#
#
#
#
#
#
#
#
#
#
#
#
#